a
No Man's Sky Next
Dragon Ball FighterZ
TOP PC 2017
Hellblade: Senua's Sacrifice
Rock of Ages 2
Japon: la montée en puissance du PC
Steam et ses fonctionnalités
E3-2017-PC-FEVER
Critique Snake Pass
Critique NieR: Automata

Dear Esther

11/06/2013 by MrOut - Balade Poétique

Dear Esther

La scène du jeu indépendant, indie pour les intimes, propose une gamme de jeu de plus en plus large d’année en année. Dans le monde du jeu vidéo, comme dans celui du cinéma, vous avez plus de chance de trouvez un éditeur si votre titre est un gros triple A avec des explosions, des gros flingues et des boobs élevés aux grains. Autant vous dire que sans les plateformes ou les indies peuvent s’exercer en proposant des titres novateurs, tel Steam ou le Live Indie sur Xbox360, des gros succès de ces dernières années comme Super Meat Boy, Fez ou encore Braid n’auraient jamais vu le jour. Dear Esther fait parti de ceux là, nous proposant une balade poétique sur une île décidément bien mystérieuse.

Dear Esther 02

 

L’histoire débute prêt d’un phare. Vous vous retrouvez au bord de la côte, seul, pendant que votre avatar vous raconte son histoire au fil de l’exploration de l’île. Entre anecdote personnel et récit historique, on en apprend plus sur nous et sur le lieu ou on se trouve. Je vais passer volontairement sur l’histoire qui nous est compté, étant donné que c’est en cela que réside une bonne partie de l’intérêt du titre. Disponible uniquement en anglais, tout du moins à ma connaissance, les réfractaires à la langue de Shakespeare peuvent passer leur chemin.

Dear Esther 03

Comme je vous le disais au début de ce test, dans Dear Esther, vous vous promenez. La seul et unique ‘action’ que vous pouvez réaliser, mise à part vous déplacez, est de faire un zoom optique. Point barre. Le véritable gameplay du titre, c’est l’observation, l’écoute. Des décors vertigineux en passant par les musiques grandioses, rien n’est laissé au hasard, et l’immersion du titre est totale de ce côté-là, si t’en est que vous soyez réceptif à cette poésie.

Dear EstherDear Esther 05

 

La ‘balade’ se termine bien rapidement, un peu moins d’une heure et demie pour le premier passage. Mais l’île est remplie de détails, nous en apprenant plus sur ce qui si est passé, pourquoi nous y sommes, les symboles lumineux mystérieux qui jonchent les rochers de l’île, etc. Nul doute qu’on y reviendra avec plaisir, bien que le jeu soit très linéaire, il est presque impossible de s’y perdre.

Pour Conclure, Dear Esther n’est pas vraiment un jeu conventionnel. Il sort des plates bandes pour nous proposer une expérience unique en son genre. Le titre ne plaira certainement pas à tout le monde. Côté graphismes, le jeu est de toute beauté avec des effets de lumières à vous faire chialer la rétine, pour peu que vous disposiez d’une carte graphique plutôt récente. Au vu de son faible prix, je ne peux que vous conseillez de vous le procurez.

Les +

  • Immersif
  • Très bien réalisée
  • Poétique

Les -

  • Se termine bien vite

LastMass EffectThey Bleed PixelsNext

Bord'URL

Archives